Le rachat de crédits : une solution pour un reste à vivre plus confortable

Author photo
Publié le , mis à jour le par Sabine Roux - Rédactrice Web

Moins connu que le taux d’endettement, le reste à vivre représente pourtant un indicateur significatif de la situation financière d’un emprunteur. Cette notion revêt une importance capitale pour les banques et les organismes de prêt. Bien plus concret que la capacité d’endettement, le reste à vivre reflète l’équilibre du budget d’un emprunteur. Un reste à vivre faible traduit une situation financière fragile. Dans ce cas, la diminution des mensualités de prêt s’impose.

En effet, les mensualités de crédit en cours font partie des éléments qui impactent le reste à vivre d’un emprunteur. Si elles sont trop nombreuses, l’emprunteur peut rencontrer des difficultés pour gérer son budget, rembourser ses prêts et financer un nouveau projet. Selon la situation financière de l’emprunteur, il est nécessaire de réagir. La solution ? Le regroupement ou le rachat de crédits pour améliorer son reste à vivre. Découvrez les avantages et le fonctionnement de cette opération.

Reste à vivre d’un emprunteur : définition et calcul

Le reste à vivre représente la somme qu’il reste à un emprunteur après paiement de l’ensemble de ses charges incompressibles. Plus il est conséquent, plus l’emprunteur est en mesure de rembourser ses dettes et financer ses dépenses courantes. À l’inverse, un reste à vivre insuffisant traduit une précarité financière.

Dans cette situation, l’emprunteur peine à assurer le remboursement de ses crédits. Le financement d’un nouveau projet lui est impossible. Cette situation peut le mener jusqu’au surendettement. Pour trouver une solution adaptée, il est essentiel de commencer par bien comprendre le calcul du reste à vivre.

Le montant du reste à vivre en fonction des revenus et des charges de l’emprunteur

Pour déterminer le reste à vivre de l’emprunteur, la banque utilise la formule de calcul suivante : montant total des revenus – montant total des charges incompressibles. Elle commence donc par comptabiliser le montant total des revenus. Les revenus concernent les salaires, les rémunérations d’une activité indépendante, les revenus fonciers ainsi que les pensions alimentaires perçues.

Ensuite, la banque liste les charges incompressibles de l’emprunteur. Parmi elles, les mensualités des crédits en cours. Prêt immobilier, crédit travaux ou encore prêt à la consommation, l’ensemble des échéances de remboursement entrent en ligne de compte. D’autres dépenses peuvent s’intégrer dans le calcul du reste à vivre, à l’image des charges récurrentes comme les impôts ou un éventuel loyer.

Reste à vivre et taux d’endettement : les critères d’une situation financière saine

Contrairement au taux d’endettement, aucun cadre juridique ne détermine le montant minimal du reste à vivre pour obtenir un crédit. En revanche, le reste à vivre exerce une influence directe sur le dossier d’un emprunteur, car il permet de nuancer son taux d’endettement. En effet, en matière de taux d’endettement, les banques et organismes de prêt s’accordent à dire qu’il ne doit pas dépasser 33 %. C’est justement sur ce point que le reste à vivre marque une différence notable entre deux emprunteurs dont le taux d’endettement est similaire.

Prenons l’exemple d’un emprunteur dont les revenus s’élèvent à 1 500 euros par mois. Avec un taux d’endettement de 33 %, son reste à vivre correspond environ à 1 005 euros. En revanche, un emprunteur avec des revenus de 4 000 euros par mois et un taux d’endettement identique présente un reste à vivre de 2 680 euros. Pour ce dossier, la banque peut se montrer plus encline à dépasser le taux d’endettement habituel de 33 %.

Ymancipez vos projets en 1 clic

Estimez votre future mensualité de prêt.
C’est simple, rapide et gratuit !

Je calcule

Les solutions pour augmenter le reste à vivre d’un emprunteur

Vos mensualités de crédit sont trop importantes par rapport à vos revenus ? Rassurez-vous, il existe des solutions pour y remédier. Le type d’opération à envisager dépend de votre situation. Elle varie également selon la nature des crédits à racheter. Enfin, la solution la plus adaptée s’apprécie en fonction de vos objectifs, de vos contraintes et de votre budget. Étudions ensemble les différentes solutions à votre portée.

Le rachat de crédit immobilier pour améliorer son reste à vivre

Le rachat de crédit immobilier est une opération intéressante pour augmenter votre reste à vivre si vous ne détenez pas de crédits à la consommation en cours. Si c’est votre cas, vous n’avez qu’un seul prêt à rembourser : votre crédit immobilier. Dans cette situation, il existe deux cas de figure à envisager.

Profiter de la baisse des taux pour diminuer votre mensualité

Le rachat de crédits est une solution avantageuse si les taux d’intérêt du marché ont baissé par rapport au taux de votre financement initial. Cet impact sur le coût de votre prêt se ressent dans les mensualités de remboursement qui peuvent être revues à la baisse. Attention, il est important de prendre en compte l’ensemble des frais inhérents au rachat d’un crédit immobilier pour analyser la rentabilité de l’opération.

Allonger la durée du crédit immobilier pour diminuer la mensualité

Le rachat de votre crédit immobilier peut également être l’occasion d’allonger la durée de remboursement du prêt afin de diminuer votre mensualité. Il est important de noter que cette solution ne présente pas d’avantages concernant le coût total du crédit. En effet, l’allongement de la durée de remboursement se traduit souvent par une hausse du coût global du prêt, avec une augmentation du coût de l’assurance emprunteur. En revanche, c’est une mesure efficace pour améliorer votre reste à vivre.

Le regroupement de crédits pour optimiser son reste à vivre

Vous détenez plusieurs crédits en cours ? La solution idéale : le regroupement de crédits. Cette opération consiste à regrouper l’ensemble de vos prêts au sein d’un nouveau financement. Pour en bénéficier, vous commencez par effectuer une simulation. La simulation est gratuite et sans engagement. Elle vous permet de comparer les offres de plusieurs banques ou organismes de prêt. Pour cette étape, vous pouvez aussi passer par un courtier. En tant que spécialiste du rachat de crédits, le courtier vous propose un accompagnement qualitatif.

Le fonctionnement du regroupement de crédits pour améliorer son reste à vivre

Crédit immobilier, prêt travaux ou encore crédit à la consommation, tous les types de crédits sont éligibles au regroupement de prêts. Il est même possible d’y intégrer des dettes familiales ou un découvert bancaire. Vous avez un nouveau projet à financer ? Vous prévoyez l’achat d’un nouveau véhicule ou le financement de travaux ? Le regroupement de crédits vous permet d’inclure un montant supplémentaire afin de vous constituer une trésorerie.

Une fois votre simulation réalisée et votre proposition de financement sélectionnée, vous présentez votre dossier emprunteur à la banque de votre choix. Celle-ci procède au calcul de vos revenus et à l’étude de votre situation financière. Elle comptabilise ensuite la nouvelle mensualité de remboursement de votre rachat de crédits pour estimer votre taux d’endettement et votre reste à vivre.

Les avantages du regroupement de crédits pour l’emprunteur

Le regroupement de crédits simplifie grandement la gestion de votre budget. Avec une mensualité unique, il est beaucoup plus facile de rembourser ses crédits. De plus, le montant de cette mensualité est calculé de façon à garantir l’équilibre de votre situation financière. Il respecte votre capacité d’endettement par rapport à vos revenus. Il participe également à l’optimisation de votre reste à vivre.

Si votre situation financière se dégrade à cause d’un reste à vivre insuffisant, l’opération de rachat ou de regroupement de crédits représente une solution efficace. Parfois, cette opération se présente même comme le recours ultime pour éviter le surendettement. Alors, si la gestion de votre budget devient périlleuse, envisagez dès maintenant l’allègement de vos mensualités de crédit.