Métiers à risques et assurance emprunteur : comment trouver le bon contrat ?

Author photo
Publié le , mis à jour le par Juliette Hisler - Copywriter finance et assurance

J-30 avant le début des XXXIIIe Olympiades d’été.

Pour la troisième fois de son histoire, Paris vibrera au rythme de l’une des compétitions sportives les plus suivies dans le monde.

Du 26 juillet au 11 août 2024 pour les Jeux olympiques et du 28 août au 8 septembre 2024 pour les Jeux paralympiques, la ville Lumière accueillera plus de 15 millions de visiteurs, et près de 15 000 athlètes de haut niveau.

Nos yeux seront rivés sur la détermination, la résilience et le courage de ces sportifs professionnels, qui pour certains pratiquent une discipline risquée.

Derrière cet événement planétaire, il y a aussi des pompiers, des secouristes, des policiers, des gendarmes, qui sans être au centre de notre attention, seront là pour assurer notre sécurité.

Dans l’article qui suit, Ymanci met en lumière ces métiers, et bien d’autres, qui ne brilleront pas pendant les jeux et pourtant. Ces hommes et ces femmes, comme nous tous, sont ou souhaitent devenir propriétaires, mais par leur profession peuvent rencontrer des difficultés à obtenir un prêt. Découvrons les spécificités de l’assurance emprunteur pour les métiers à risque. 

Ymancipez vos projets en 1 clic

Comparez les offres d’assurance de prêt
et trouvez celle qui vous correspond.

Je compare

Métier à risque, un critère dans le viseur des assurances emprunteur

Que vous soyez médecin, moniteur de ski ou enseignant, dès lors que vous allez demander un crédit immobilier, la banque exigera, dans la majorité des cas, que vous souscriviez une assurance de prêt, aussi appelée assurance emprunteur.

En cas d’incapacité à rembourser votre prêt, cette assurance vous couvre, vous, vos proches et l’établissement prêt, en payant à votre place tout ou partie de vos mensualités.

Les principales garanties couvertes par l’assurance emprunteur sont :

  • La garantie décès ;
  • La garantie Perte Totale et Irréversible d’Autonomie (PTIA) ;
  • La garantie Incapacité Temporaire de Travail, qui peut être totale ou partielle (ITT) ;
  • La garantie Invalidité Permanente ;
  • La garantie Perte d’emploi.

Si cette assurance est exigée quel que soit le métier que vous exercez, elle ne va pas s’appliquer de la même manière selon votre situation professionnelle.

Les compagnies d’assurance prennent en considération la probabilité qu’une des garanties précédemment citées survienne. C’est ainsi qu’elles évaluent que les métiers, tels qu’agents de sécurité ou couvreurs, sont davantage exposés à des risques d’accident grave.

Que se passe-t-il alors si vous êtes artificier, chauffeur routier ou manutentionnaire ? L’assurance emprunteur vous est-elle inaccessible du fait de la dangerosité de votre métier ?

Bien heureusement, l’accès à l’assurance de prêt, et par voie de conséquence à la propriété, ne vous est pas interdit !

Toutefois, la tâche de trouver une assurance qui voudra bien vous couvrir sera un peu plus ardue que pour un comptable ou un géomètre.

Les conséquences d’un métier à risque sur votre assurance emprunteur ?

Chimiste, pharmacien, ouvrier du BTP et même journaliste, vous pratiquez une profession à risque aux yeux d’une compagnie d’assurance.

Il vous sera alors demandé de compléter un questionnaire professionnel spécifique pour obtenir une assurance de prêt.

Ce formulaire est essentiel pour l’assureur, qui se base sur les renseignements fournis par le futur assuré pour estimer précisément les risques et déterminer le montant de l’assurance emprunteur pour les métiers à risque. Après une analyse détaillée, cinq scénarios peuvent se présenter :

1/ Refus d’assurance

C’est évidemment le pire des scénarios. La compagnie d’assurance refuse de vous assurer. Ce cas concerne le plus souvent les professions impliquant l’utilisation d’armes à feu ou de substances dangereuses, celles exercées dans des milieux hostiles ou dans des conditions extrêmes, ainsi que certaines professions du transport.

2/ Acceptation avec exclusions

L’assureur décide d’exclure de la couverture certaines garanties directement liées à la profession. Pour illustration, vous êtes élagueur, un métier jugé à risque du fait de sa hauteur, votre compagnie vous assure, mais exclut toute indemnisation si une chute venait à vous paralyser dans l’exercice de vos fonctions.

3/ Acceptation avec surprime

La compagnie d’assurance propose une couverture complète, mais applique une surprime pour compenser le risque accru associé à la profession. Autrement dit, en plus de votre cotisation, vous payerez chaque mois un supplément pour être assuré et indemnisé en cas de survenance d’un accident lié à votre métier.

4/ Acceptation avec application de conditions particulières

En plus de la surprime, l’assurance peut exiger un délai de carence en jours avant la prise en charge du sinistre, une indemnisation plus courte ou encore moins élevée.

5/ Acceptation sans surprime

Le meilleur des scénarios. L’assureur ne constate pas de risque supplémentaire significatif lié à la profession de son client qui justifierait une augmentation de la cotisation d’assurance de prêt pour les métiers à risque.

Assurance de prêt : exercez-vous un métier à risque ?

Chaque compagnie d’assurance établit sa propre liste de professions considérées comme à risque pour fixer le coût de l’assurance de prêt.

Pour effectuer ces calculs, elles se basent sur diverses statistiques liées à chaque métier, telles que le nombre de maladies ou d’accidents survenus au cours d’une période donnée, leur gravité et leurs conséquences (invalidité, décès).

Cependant, il existe des similitudes entre toutes les listes.

Les métiers jugés à risque

Voici quelques exemples de professions à risque :

  • Professions liées à la sécurité : policier, gendarme, militaire, agent de sécurité, pompier, secouriste ;
  • Professions impliquant la manipulation de produits dangereux toxiques (chimiste, biologiste, pharmacien…), inflammables (professionnel du gaz ou du pétrole…), explosifs (artificier…), nucléaires (technicien en radioprotection, calorifugeur…) ;
  • Professions s’exerçant en hauteur (élagueur, échafaudeur, couvreur, ouvrier du BTP, guide de haute montagne, moniteur de ski…) ou sous terre (foreur, plongeur…) ;
  • Professions s’exerçant en haute mer : marin pêcheur et salarié de la marine marchande ;
  • Professions de la route impliquant de parcourir une distance totale annuelle d’au moins 15 000 km (chauffeur routier…) ainsi que les professions impliquant des déplacements fréquents en France et à l’étranger (pilote de ligne, diplomate…) ;
  • Professions impliquant le port de charges (manutentionnaire) ;
  • Professions de la presse (journaliste, photographe et cameraman) impliquant la réalisation de reportages dans des zones en proie à des émeutes, une guerre ou des troubles socio-politiques, une catastrophe naturelle, sur le lieu d’un événement sportif, etc. ;
  • Convoyeur de fonds ;
  • Cascadeur (scènes de combats, scènes aériennes ou sur un engin motorisé, scènes avec animaux ou impliquant l’usage de produits inflammables), intermittent du spectacle ;
  • Agriculteur ;
  • Sportif professionnel.

Le risque de ne pas déclarer votre métier à risque

Si l’envie vous prend de cacher votre profession à votre assureur pour éviter une surprime ou une exclusion de garantie, ce mensonge risque de vous coûter encore plus cher.

L’assureur est en droit de refuser de vous indemniser en cas d’accident ou de décès. Il peut également rendre nul votre contrat et vous demander le remboursement de toute indemnisation déjà perçue.

Les solutions pour trouver une assurance de prêt quand on exerce un métier à risque

Comme vous avez pu le lire, nombreux métiers à risque seront représentés durant les JO : policiers, gendarmes, pompiers, secouristes, journalistes etc. et tous les ouvriers du BTP qui ont redoublé d’efforts pour construire les infrastructures et les installations nécessaires pour faire de ces Olympiades une fête.

Mais comment ces métiers parviennent-ils à trouver une assurance de prêt adaptée à leur profil ?

Malgré les difficultés, nous l’avons dit, ce n’est pas impossible.

Depuis 2010, chaque emprunteur peut se tourner vers la délégation d’assurance pour son prêt immobilier. Instaurée par la loi Lagarde, cette mesure donne à l’emprunteur le choix de la compagnie d’assurance avec laquelle il souhaite souscrire son contrat. Ce dernier n’est plus obligé de prendre l’assurance proposée par l’établissement prêteur.

Cette liberté vous ouvre ainsi les portes à d’autres assurances plus adaptées à votre profil.

Cette loi a successivement été renforcée par les lois Hamon, Bourquin et Lemoine, la dernière en date, pour faciliter le changement de contrat en cours de vie. Depuis septembre 2022, grâce à la loi Lemoine, vous pouvez résilier votre assurance à tout moment au profit d’une autre.

La seule condition à respecter : trouver un contrat d’assurance de prêt présentant à minima des garanties équivalentes.

Pour vous aider dans vos démarches, vous pouvez faire appel à un courtier Ymanci spécialisé dans les assurances de prêt.

Expert dans son domaine, il saura vous conseiller et trouver pour vous la solution d’assurance la plus adaptée à votre métier, grâce à sa connaissance parfaite des offres de ses partenaires assurantiels.