Qu’est-ce que le crédit in fine ?

Author photo
Mise à jour le par Christophe Bernard - Responsable éditorial

Crédit immobilier non amortissable, à taux fixe, dont le capital emprunté est remboursé en une fois à l’échéance du crédit. Les intérêts sont quant à eux remboursés au fur et à mesure, pendant toute la durée du prêt. Ils sont constants et sont calculés sur le capital initial emprunté.

Avec un crédit in fine, l’emprunteur verse chaque mois le montant de la mensualité sur un produit d’épargne, bloqué pendant la durée du prêt. On parle alors de nantissement. Les conditions d’obtention du crédit if Fine sont plus strictes que pour un prêt amortissable. Ce type d’emprunt est en général octroyé aux très bons profils.

Crédit in fine, nantissement, prêt amortissable… Le lexique lié à l’univers des emprunts immobiliers n’est pas forcément accessible au commun des mortels qui se lance notamment dans leur premier achat. Ne vous triturez plus les méninges. Un courtier spécialisé dans le crédit immobilier saura vous renseigner, vous aiguiller de la prise de contact jusqu’au déblocage des fonds.

Qui peut bénéficier d’un crédit in fine ?

Le crédit in fine est ouvert à toute personne, que ce soit un particulier ou un professionnel. Il est aussi accessible aux sociétés de placement. Toutefois, ce crédit est plus difficile à obtenir qu’un crédit traditionnel amortissable à taux moindre.

Les taux du crédit in fine sont généralement plus élevés. De ce fait, les banques requièrent une solidité financière et un apport d’au moins 30 % de l’emprunt. Le crédit in fine est à destination des ménages les plus imposés.

Ce prêt convient aux personnes qui ont pour projet d’investir dans l’immobilier locatif. Les intérêts d’emprunt peuvent être déduits des revenus fonciers. C’est toutefois un crédit immobilier peu attractif pour les personnes désirant acheter leur résidence principale, car aucun loyer n’est généré.

Quels sont les avantages d’un prêt in fine ?

Le crédit in fine dispose de nombreux avantages, notamment fiscaux. En effet, ce prêt diminue le coût des impôts fonciers. La déduction des intérêts d’emprunt à rembourser sur ces revenus entraîne une réduction des impôts fonciers. La somme déductible peut être très importante et faire baisser le montant des impôts.

Ensuite, ce prêt a aussi l’avantage de pouvoir faire sortir le bien de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI). Le bien n’est pas calculé dans l’IFI, car le capital n’est pas remboursé à la banque. Le calcul de l’IFI n’inclut pas les loyers générés dans les revenus.

De plus, le crédit in fine permet de faire travailler son épargne. Une forme d’investissement par obligation. Chaque mois, l’emprunteur verse les intérêts sur un compte épargne comme garantie (assurance-vie). L’épargne est réservée à la banque le temps du remboursement du prêt. L’emprunteur touche les intérêts générés sur ce placement financier. Le crédit in fine est un investissement qui mérite de s’y attarder.

Cet article pourrait également vous intéresser : Qu’est-ce qu’une déchéance du terme ?

Le lexique des termes techniques du crédit et de l’assurance