Les actualités

10 recommandations pour un rachat de crédits facilité en 2024 

Une accumulation de crédits à la consommation, de prêt immobilier et/ou de dettes personnelles peut porter préjudice au budget d’un particulier surtout si ce dernier traverse une mauvaise passe comme une perte d’emploi ou un divorce, qui va forcément entraîner une baisse de revenus. En dépit de ces déconvenues, il va se retrouver dans l’obligation de rembourser les mensualités des crédits et de s’acquitter des charges fixes relatives au foyer. S’il n’agit pas rapidement, cette mauvaise passe risque de l’entraîner dans la spirale du surendettement, comme le prouvent les chiffres publiés par la Banque de France début janvier 2024. 

Le nombre de dossiers de surendettement a augmenté de 8 % en 2023. RTL, qui se réfère aux chiffres de la Banque de France, précisait le 2 janvier dernier que l’endettement moyen pour les 121 000 dossiers déposés est de 25 000 €. Lors d’une procédure de surendettement, il est évident que l’emprunteur ne doit pas souscrire de nouveaux prêts. 

Avant de se retrouver pieds et poings liés, il existe donc un moyen : le regroupement de prêts. Aussi appelé le rachat de crédits, il permet notamment de rééquilibrer ses finances et de bénéficier d’une situation mieux adaptée à sa situation financière, au moment de la demande. Une banque ou un organisme de prêt, spécialisé dans cette opération financière, va, en effet, regrouper une partie ou la totalité des emprunts et des dettes toujours en cours, puis proposera le financement d’un nouveau prêt, avec une mensualité unique mais aussi avec un nouveau taux souvent plus intéressant.  

Attention, il ne faut pas se jeter la tête la première dans ce refinancement. Il faut en connaître les ficelles avant de souscrire un rachat de crédits dans de bonnes conditions et facilement. Il faut garder à l’esprit que les banques ont, effectivement, des exigences. Voici ce que vous devez savoir avant de déposer un dossier de demande de rachat de crédits.  

1-Faire une évaluation approfondie de sa situation financière 

Outre le fait que le particulier doit être majeur, il est indispensable avant de faire une demande de rachat de crédits d’évaluer sa situation financière. Il faut par conséquent :

  • Recenser et calculer ses dettes : mensualités de crédits, dettes personnelles ou fiscales, retards de loyer etc. 
  • Faire l’examen de ses revenus mensuels : salaires, allocations, bonus, autres entrées d’argent… 
  • Identifier les dépenses mensuelles : loyer, nourriture, frais de transport, dépenses concernant les loisirs… 
  • Définir le montant dont le particulier a besoin pour le regroupement de prêts. Dans ce montant, il devra englober le remboursement de tous ces crédits et/ou dettes personnelles et les éventuelles liquidités pour parer à des dépenses imprévues ou pour avoir une réserve financière.  
  • Anticiper les éventuels besoins de trésorerie pouvant survenir dans les mois ou années à venir (projet de rénovation énergétique, financement des études des enfants, projet de reconversion professionnelle…) 

2-Posséder une situation professionnelle stable 

Le prêteur doit s’assurer que l’emprunteur touche des revenus fixes et réguliers afin d’être capable de rembourser les échéances du rachat de crédits. Il sera plus facile d’obtenir un rachat de crédits quand le particulier travaille dans la fonction publique ou est salarié en CDI. Deux statuts qui sont sécurisants pour un organisme prêteur. Il ne faut pas exclure certains profils, comme un salarié en CDD ou un particulier exerçant une profession libérale. Ces derniers peuvent aussi avoir recours à cette solution bancaire.

La banque ou l’organisme de prêt va, en effet, vérifier que le client est maître de son budget. Il va donc regarder les relevés de compte pour connaître la fréquence des dépenses, évaluer le comportement du particulier face à l’argent. Un emprunteur, qui traverse une période difficile et qui présente un endettement élevé, voire des retards de paiement, peut prétendre à un rachat de crédits si sa gestion financière est jugée responsable et adaptée à sa situation actuelle. Cette conduite sera un point positif. Pour les prêteurs, elle reflète la crédibilité financière et la capacité à s’acquitter des dettes de la part d’un client.

Le client potentiel a-t-il emprunté seul ou en couple ? Est-il marié ou sur le point de divorcer ? Le couple a-t-il des enfants à charge ? Peut-il faire appel à un garant ? Autant dire que la banque ou l’établissement de prêt prendra sa décision après avoir passé à la loupe la position sociale de son client potentiel. Autant que ce profil soit le plus positif possible.  

Le mal endettement signifie qu’un ménage a souscrit un ou plusieurs prêts et qu’il rencontre des difficultés à gérer son budget. Par conséquent, il va voir son pouvoir d’achat diminuer mais les revenus leur permettront encore d’assurer les dépenses. Attention, le mal endettement peut être un des signes précurseurs du surendettement. Dans ce cas de figure, le foyer ne peut plus remboursé des emprunts souscrits.

Sachez que le mal endettement n’est pas incompatible avec un rachat de crédits. Au contraire, il peut vous permettre de sortir la tête de l’eau. En revanche, le client potentiel, inscrit à la Banque de France pour surendettement, verra son dossier de rachat de crédits rejeter. Si un client est fiché au FCC ou FICP, des établissements peuvent accepter le dossier à condition qu’il soit propriétaire. Dans ce cas présent, l’organisme de prêt ou la banque prendra effectivement une garantie sur le bien immobilier. Dans notre jargon, nous l’appelons le rachat de crédit hypothécaire

Le client potentiel peut faire appel à un membre de sa famille ou un organisme de mutuelle pour se porter garant. Ou comme nous l’écrivions ci-dessus de posséder un bien immobilier qui servira de garantie à la banque ou à l’organisme de prêt. Ces cas de figure peuvent faciliter l’obtention d’un rachat de crédits par un partenaire bancaire. 

Certes, l’un des intérêts de cette opération financière est de regrouper les emprunts pour bénéficier d’un meilleur taux d’intérêt. Il faut également connaître les autres frais, ceux pouvant accroître le montant d’un emprunt : les frais de dossier, le coût de l’assurance emprunteur, ou encore les frais nécessaires pour l’ouverture d’un prêt bancaire. 

Ces mêmes taux d’intérêt, qui tiennent une place importante dans le coût global d’un crédit, fluctuent souvent, du fait des décisions de la Banque centrale européenne, des changements économiques, des conflits… Il est donc préférable de suivre les tendances du marché financier pour choisir le moment propice. Si l’emprunteur peut attendre, bien sûr, pour solliciter un rachat de crédits. Il va sans dire qu’une période, où les taux sont bas, est idéale pour diminuer le montant total d’un prêt.  

Avant de prendre sa décision concernant l’octroi ou pas d’un rachat de crédits, le prêteur va donc regarder à la loupe la situation professionnelle mais aussi personnelle et financière de son client potentiel. Comme nous venons de le voir. Il faudra, par conséquent, qu’il étudie tous ces documents. Il est donc primordial de fournir toutes les pièces justificatives concernant l’état civil, les revenus, le patrimoine ou encore la situation financière… 

Pour l’emprunteur, il est préférable de jouer la carte de la franchise et de la transparence avec le prêteur. N’oublions pas que ce dernier aura entre les mains, à un moment donné, les documents et les justificatifs étalant la situation personnelle, mais aussi la santé financière de son client potentiel. L’honnêteté est une valeur sûre à notre époque. Cette valeur pourrait développer, voire renforcer la confiance du prêteur envers son client, surtout si la situation est compliquée.  

Fiabilité, sérieux, transparence et volonté ! Des mots qui pourraient séduire mais aussi rassurer les courtiers qui travaillent pour Ymanci, une société de courtage, spécialisée en rachat de crédits, en prêt immobilier ou en assurance emprunteur. Ils sont à même de traiter les dossiers des profils en difficulté. Et l’une de leurs principales missions est de négocier, à la place du client, avec les partenaires bancaires pour dénicher la meilleure offre de rachat de prêts. En effet, tous les établissements prêteurs ne possèdent pas les mêmes taux.

Bon à savoir

Ce refinancement, dont le processus peut être complexe, n’est pas un tour de magie. Certes, le montant des mensualités est réduit et le taux d’endettement diminue. Certes, il offre la possibilité d’avoir une meilleure visibilité et une meilleure gestion de son budget. Cependant, cette démarche va nécessiter une durée d’emprunt plus longue et impliquera des frais supplémentaires.

Ymancipez vos projets en 1 clic

Estimez votre future mensualité de prêt.
C’est simple, rapide et gratuit !


Regroupez vos crédits

jusqu’à -60%*

sur vos mensualités