La BCE desserre les taux directeurs

Author photo
Publié le , mis à jour le par Florence Carpentier - Journaliste de la presse écrite

Après dix hausses consécutives depuis juillet 2022 et plusieurs mois de stagnation en réaction à la crise inflationniste, les gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), qui se réunissaient ce jeudi, ont pris une décision. Ils ont choisi de baisser leurs taux directeurs de 25 points de base. À compter du 12 juin 2024, ils passeront à :

  • 4,25 % pour le taux de refinancement. 
  • 3,75 % pour le taux de dépôt. 
  • 4,50 % pour le taux marginal. 

Rappelons que la Banque centrale européenne n’avait plus baissé ses taux directeurs depuis le 18 septembre 2019. En règle générale, une hausse des taux directeurs est prononcée durant une forte inflation. À contrario, ils diminuent dès qu’elle est basse. Qu’en est-il du contexte inflationniste aujourd’hui ? Il est en recul : 2,6 % au mois de mai 2024. Et il pourrait passer sous la barre des 2 % à la fin de l’été si la désinflation des prix de l’énergie et de l’alimentation se confirme. Voilà pourquoi, la BCE a accepté de lâcher du lest. 

Baisse des taux directeurs : quel effet sur les banques commerciales ?

Cette décision devrait être applaudie par les particuliers voulant se départir ou acheter un appartement ou une maison pour en faire leur résidence principale ou le louer, mais aussi par les professionnels de l’immobilier. Il semblerait d’ailleurs que les établissements bancaires commerciaux avaient subodoré ce desserrement des taux. Depuis le début de l’année, certains d’entre eux ont pris les devants en revoyant à la baisse leurs grilles de taux d’intérêt appliqués pour un prêt immobilier afin de faciliter entre autres l’accès à la propriété ou désengorger le marché locatif, sous tension depuis des mois.

La tactique des banques de se montrer plus flexibles s’est, semble-t-il, révélée payante. La production de crédits immobiliers pour l’habitat continue d’augmenter au mois d’avril selon la Banque de France qui saluait le 6 juin 2024 :

Le premier retournement de tendance significatif depuis le printemps 2022.

Son montant, hors renégociations, s’élève à 8,9 milliards d’euros contre 6,9 milliards en mars dernier. Et cette embellie devrait se poursuivre selon plusieurs indicateurs pour le mois de mai.

Les prêteurs ont aussi adopté une nouvelle politique pour reconquérir une clientèle jugeant préférable de mettre en stand-by son envie de devenir propriétaire. Ils ont pris la décision de réétudier des dossiers de demande de prêt qui avaient été refusés dans un premier temps. Ils ont aussi instauré de nouvelles offres pour financer notamment les travaux de rénovation énergétique. Une bonne idée surtout depuis que nous avons appris dans l’étude réalisée par Ymanci et FLASHS en avril dernier que le coût de ces travaux et la peur de l’endettement faisaient partie des raisons pouvant freiner cette entreprise chez les particuliers.

Et pour les particuliers ?

En toute logique, cette baisse des taux directeurs pourrait servir de catalyseur pour le pouvoir d’achat immobilier des ménages français sérieusement chahuté depuis le début de l’année 2022. Ceux qui veulent abandonner la location pour se lancer dans l’achat d’un logement pourraient effectivement retrouver des conditions plus confortables et plus faciles pour accéder à la propriété immobilière. En plus, cet assouplissement de la part de la BCE tombe à pic pour la raison suivante : les propriétaires seraient, en ce moment, plus ouverts à la négociation avec les acquéreurs, selon le nouvel index GAPI lancé par Enchères Immo. Quant aux particuliers, détenteurs d’un bien, ils pourraient en profiter pour amorcer des négociations en vue notamment de diminuer leurs mensualités de prêt et de renégocier leurs emprunts.

Ymancipez vos projets en 1 clic

Estimez votre future mensualité de prêt.
C’est simple, rapide et gratuit !

Je calcule

Baisse des taux directeurs : une éclaircie ?

Beaucoup espèrent que cet assouplissement des taux directeurs va insuffler un nouvel élan au secteur de l’immobilier, aux particuliers, mais aussi aux établissements bancaires . Et que les banques vont accepter de baisser encore leurs taux d’intérêt pour relancer notamment la production de crédits immobiliers. Signalons que le taux d’intérêt moyen des emprunts immobiliers, toutes durées confondues, avait bondi de 1,07 % à 4,12 % entre janvier 2022 et janvier 2024. Il va sans dire que cette hausse brutale avait pénalisé les emprunteurs, ayant souscrit des prêts à taux variable. Elle avait aussi entraîné un net recul du volume de nouveaux emprunts pour les candidats à l’achat d’un bien immobilier. 

Fort heureusement, la tendance semble s’inverser. Les taux poursuivent leur baisse : 3,98 % en février, 3,89 % en mars, 3,82 % en avril et 3,73 % en mai selon les chiffres annoncés par l’Observatoire Crédit Logement/CSA. Une situation qui devrait persister dans les mois qui viennent, selon des analystes.

Baisse des taux directeurs : stop ou encore ? 

Le recul de l’inflation a convaincu l’institution d’adopter une politique monétaire moins sévère. Mais l’avenir est encore incertain selon elle. Que faudrait-il pour qu’elle poursuive sur cette lancée et qu’elle permette ainsi aux taux d’intérêt pour l’emprunt immobilier de reculer fortement ? Il faudrait que la BCE soit en possession de données économiques satisfaisantes, à chacune de ses réunions.

Échaudés par la crise de l’immobilier, les intéressés ne veulent pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Cependant, ils espèrent que la baisse des taux d’intérêt concernant les emprunts immobiliers et celle des taux directeurs de la BCE ne seront pas qu’un feu de paille et qu’elles viendront plutôt confirmer les premiers signaux de reprise au cours du second semestre 2024. En effet, une nouvelle baisse des taux directeurs continuerait sans aucun doute à stimuler le secteur immobilier mais aussi les emprunteurs potentiels qui comptent également sur l’effet Jeux olympiques, qui se tiendront à Paris et dans de nombreuses villes de l’Hexagone cet été, pour revendre ou pour acheter leur bien immobilier.

La décision de la BCE d’assouplir ses taux directeurs est un soulagement et une bonne nouvelle pour le secteur de l’immobilier et les Français qui cherchent à emprunter en vue de se porter acquéreur d’un logement.

Quel est le rôle de la Banque centrale européenne ?

Le rôle de la BCE, dont la principale mission est de ramener l’inflation à 2 %, est de :  

  • Maintenir la stabilité des prix.  
  • Transmettre des billets de banque.  
  • Dépanner les banques commerciales des pays membres en leur prêtant de l’argent.  

Chaque banque commerciale doit ouvrir un compte à la banque centrale du pays à laquelle elle est rattachée. Elle peut ainsi y emprunter de l’argent en cas de nécessité. Elle peut également en déposer si elle se retrouve avec un excès de liquidités. De la même façon que les banques appliquent un taux d’intérêt quand elles vous prêtent de l’argent ou qu’elles vous versent des intérêts dès que vous en placez, la banque centrale fixe un taux d’emprunt ou d’intérêt auprès des banques commerciales. Il s’agit du taux directeur !

C’est quoi un taux d’intérêt directeur ?

Il s’agit d’un taux fixé chaque jour par une banque centrale pour prêter de l’argent aux banques commerciales qui y sont rattachées et pour rémunérer les dépôts que ces établissements bancaires effectuent.

À quoi servent-ils ?

Les taux d’intérêt directeurs servent à réguler l’économie. Dans le secteur de l’immobilier, leur modification permet d’encourager ou de dissuader les prêts bancaires auprès des banques commerciales.

Combien y a-t-il de taux directeurs ?

Comme vous avez pu le lire ci-dessus, il existe trois taux directeurs : le taux de refinancement, le taux d’escompte, le taux de rémunération des dépôts. 

Le taux de refinancement ou refi  

Il s’agit du principal taux directeur de la BCE. Il correspond au taux d’intérêt utilisé quand les organismes bancaires empruntent des liquidités auprès de la BCE. Il est accordé pour une semaine. Quand la banque centrale prend la décision de l’augmenter, elle accroît du même coup le coût d’emprunt des banques dites commerciales. Et cette augmentation n’est pas anodine. En effet, elle se répercute systématiquement sur les taux d’emprunts fixés par les banques commerciales auprès de leurs clients. Voilà pourquoi, les ménages et les entreprises réfléchissent à deux fois avant d’emprunter de l’argent, le coût étant plus cher. En baissant son taux de refinancement, la banque centrale incite ainsi les institutions bancaires à en faire de même auprès de leur clientèle. 

Le taux d’escompte  

Aussi appelé taux de prêt marginal, il s’agit du taux appliqué par les banques centrales pour prêter dans l’urgence et à court terme de l’argent aux banques, qui assurent la gestion de votre épargne, délivrent des moyens de paiement, octroient des crédits… Ce taux d’intérêt plutôt élevé fait office de filet de sécurité pour le secteur bancaire d’un pays. 

Le taux de dépôts 

Il s’agit d’un taux permettant de rémunérer les banques commerciales dès qu’elles déposent leurs excédents de liquidité sur le compte de la banque centrale. Si son taux est bas, les organismes bancaires sont invités à ne pas se départir de leurs liquidités, mais plutôt à prêter à leurs clients. Ces derniers créent ainsi de la monnaie et boostent la croissance puisqu’ils sont, par conséquent, plus enclins à emprunter et à consommer. En cas d’inflation, l’effet inverse se produira.

Obtenir le meilleur taux : des courtiers à votre service

Primo-accédant ou expert, vous désirez remettre à l’ordre du jour le projet de devenir propriétaire d’un bien immobilier après l’annonce de la baisse des taux directeurs et celle des taux d’intérêt. S’il vous faut un emprunt bancaire, car vous n’êtes pas en mesure de payer comptant cette future acquisition, vous pouvez contacter les courtiers de la société Ymanci, répartis dans l’Hexagone, mais aussi sur l’Île de la Réunion, à Saint-Denis, à Saint-Paul, à Saint-Pierre. Grande est leur expertise pour apporter les solutions de financement les plus adaptées à leurs clients. 

D’autres articles sur la BCE qui pourraient vous intéresser :