Conseils

Assurance Emprunteur - Quelles quotités choisir ?

Partager ce guide

La quotité représente la part du prêt, exprimée en pourcentage, qui est couvert par l’assurance emprunteur : elle correspond tout simplement au niveau de couverture du contrat d’assurance.

En cas de crédit immobilier contracté avec un seul emprunteur, la majorité des organismes de crédit exigent une quotité de 100 % : la totalité du prêt doit être assurée. Pour les travailleurs frontaliers, il arrive que le taux de change soit pris en compte et que la banque demande une quotité de 120 %. Pour un prêt individuel donc, l’emprunteur n’a que très peu de choix puisque la quotité minimum attendue est de 100 %.

Pour les prêts joints, comme les crédits immobiliers contractés en couple par exemple, la quotité de chaque emprunteur est modulable. Ainsi, si la somme des quotités individuelles doit être de 100 % au minimum, les emprunteurs peuvent choisir une répartition adaptée au profil de chacun.

Bon à savoir : le régime d’union n’a pas d’impact sur la quotité d’un prêt. Que le couple soit marié, pacsé ou en union libre par exemple, il sera libre de choisir les quotités attribuées à chaque emprunteur, en accord avec son établissement bancaire.

Pour savoir quelle quotité choisir en cas de co-emprunt, plusieurs critères sont à prendre en compte :

En d’autres termes, pour choisir la bonne quotité, il faut anticiper les sinistres et établir les capacités de remboursement de chaque emprunteur. Une couverture peut être déséquilibrée (70 % / 30 % par exemple) si l’un des deux emprunteurs présente des risques de santé, ou s’il dispose d’un revenu mensuel nettement supérieur à l’autre. Une couverture équilibrée (50 % par emprunteur) est idéale pour les emprunteurs ne présentant aucun risque médical ou percevant chacun un revenu similaire.

Pour une couverture maximale, il est recommandé de choisir une quotité de 100 % par emprunteur : ainsi, en cas de décès de l’un des assurés, l’assurance prendra en charge la totalité du prêt à rembourser. La quotité totale sera donc de 200 %, mais la prime d’assurance sera en revanche plus élevée puisque le montant couvert sera plus important.

Pour plus de clarté, voici un tableau récapitulant les montants remboursés par l’assurance en cas de décès de l’un des co-emprunteurs. Pour cet exemple, le montant total emprunté est de 150 000 €.

tableau

Attention, toutes les garanties de l’assurance emprunteur sont concernées par la répartition des quotités, et non uniquement la garantie Décès. Il faut donc prévoir et envisager les difficultés pouvant survenir après chaque sinistre couvert : invalidité, incapacité de travail, perte d’emploi… Toutes les garanties doivent être prises en compte pour choisir la bonne quotité de chaque emprunteur et bénéficier d’une couverture équilibrée selon le profil de chacun.

 

Il est possible d’augmenter la quotité attribuée à un emprunteur après la signature du contrat d’assurance : il suffit d’en faire la demande auprès de son assureur. La part du crédit assurée et sa couverture seront alors augmentées, ce qui entraînera une surprime. 

N’hésitez pas à comparer les offres et à procéder à une délégation d’assurance ! Il est souvent possible de trouver un contrat d’assurance emprunteur avec une quotité plus élevée, et donc une meilleure couverture, sans subir une augmentation de sa prime d’assurance.

En cas de divorce ou de séparation, il est possible de supprimer la quotité de l’un des deux assurés, et donc de reporter la totalité du crédit sur un seul emprunteur. L’établissement bancaire devra alors accepter la désolidarisation du prêt de l’emprunteur souhaitant partir et l’emprunteur restant devra lui proposer un nouveau contrat présentant une quotité de 100 %. Il est également possible de procéder à un remboursement par anticipation de l’emprunt si le contrat le permet.